vendredi 15 mars 2013

6 Peut-on bien gagner sa vie en Thaïlande ?



La fin de l’aventure de la restauration

Après une expérience riche et mouvementée, nous avons pris la décision de vendre notre restaurant, le 4U. Décision motivée par le fait qu’en 3 ans, nous avons rarement réussi à dégager un salaire et souvent été obligés de puiser dans nos économies.

Cet article est d’ailleurs l’occasion de répondre à une question que l’on nous a très souvent posée : peut-on bien gagner sa vie en Thaïlande ?


De notre point de vue, il est très difficile pour des étrangers de bien gagner sa vie en Thaïlande. D’autant plus, si vous investissez dans des petites structures, comme un restaurant ou un bar.

Les raisons sont multiples :

Les règles d’obtention du permis de travail :

Les règles imposées aux étrangers par le gouvernement thaïlandais pour l’obtention du permis de travail et les frais qui en découlent pèseront très lourdement sur vos charges. En effet, vous devez embaucher 4 Thaïlandais pour un permis de travail, soit 4 salaires. Dans notre restaurant de 24 couverts, nous n’avions besoin que de 2 employés. Il nous était tout simplement inutile et trop coûteux d’embaucher 4 personnes.

Vous pouvez plus ou moins contourner cette règle, mais vous devrez flirter avec l'illégalité si vous embauchez moins de 4 employés.


La concurrence :

Le secteur touristique est très concurrentiel sur Chiang Mai, les restaurants, bars, les guesthouses sont légions. Il est très difficile de se démarquer dans cet univers où le marché est déjà saturé. Certaines rues ne sont qu’une succession de bars, de restaurants ou de guesthouses. Même si vous proposez des produits de qualité et des nouveautés, la réussite n’est pas toujours au rendez-vous.

Cela prend beaucoup de temps de se créer une réputation et il vous faudra avoir les moyens financiers pour palier les mois de lancement de votre activité.

La saisonnalité :

Comme pour toute activité liée au tourisme, l’année est marquée par la saisonnalité. En Thaïlande, la haute saison s’étend de novembre à fin avril, et la basse saison, de mai à octobre avec une remontée de l’activité en juillet et août.

Ce que vous pourrez éventuellement gagner en haute saison servira à financer les mois de « vache maigre ». Mais cela ne sera pas toujours suffisant.

Chaque année, de nombreux étrangers ouvrent de nouveaux business, qu’ils revendent après une saison, parce qu’ils ne peuvent plus payer leurs charges pendant la basse saison.  

L’investissement :

Les étrangers qui arrivent à vivre de leur business sont bien souvent ceux qui ont repris une guesthouse avec un nombre important de chambres. Mais il vous faudra investir au minimum 80 000 euros pour une guesthouse de 20 chambres.

Il est illusoire de penser qu’avec un investissement de 20 000 euros, vous arriverez à reprendre une affaire importante.

Notre expérience :

En 3 ans de restauration sur Chiang Mai, nous avons dû rajouter, en moyenne, 300 euros par mois pour pouvoir payer les charges du restaurant et notre quotidien. 

À cela s’ajoutent les frais annuels de visa et nos vacances entièrement payées avec nos économies. Même si l’expérience fût fabuleuse sur un plan humain, nous ne pouvions plus continuer sur cette voie périlleuse. Nos économies fondant comme neige au soleil, et notre motivation n’était plus au rendez-vous.


Pour celles et ceux qui seraient tentés par l’aventure, tout n’est pas négatif bien sûr, mais il vous faudra partir avec de solides économies et étudier avec attention le concept et l’emplacement de votre business.  

Depuis la vente de notre restaurant, nous sommes toujours sur Chiang Mai et réfléchissons à l’ouverture d’une maison d’hôtes destinés à tous ceux qui souhaiteraient découvrir Chiang Mai autrement et partager notre expérience de la Thaïlande.

6 commentaires:

  1. bonjour,
    quand vous dites : "À cela s’ajoute que si vous êtes 2 étrangers à reprendre une petite affaire, seulement 1 des 2 pourra légalement travailler. ", y'a t'il une raison légale à cela ??
    Pouvez vous me dire avec quel budget vous êtes partis en Thaïlande ???

    Merci

    Patrice

    RépondreSupprimer
  2. Mon pote Daniel qui tenait le restaurant "Chez Daniel" et que vous connaissez peut-etre, avait l'habitude de dire, fort de son expérience de plus de 30 ans en thailande, que maintenant c'est seulement 1 farang pour 1000 qui s'installent, qui réussit à sortir son épingle du jeu...

    RépondreSupprimer
  3. Merci Christelle et Guillaume pour votre franchise avec ce témoignage très utile pour les nombreux candidats à l'expatriation en Thaïlande.Ce pays est idéal pour les rentiers-retraités mais impitoyable pour les étrangers qui veulent y gagner leur vie même modestement .Comme j'ai pu le constater ceux qui tiennent un commerce et s'en sortent plus ou moins bien , sont mariés avec un conjoint thaï et encore ils sont à la merci d'une séparation qui les laissera sans aucun droits sur l'affaire.
    Je pense que la solution est de travailler dans le service sans structure apparente comme bien sûr l'internet .
    Bonne route à tous

    RépondreSupprimer
  4. Et maintenant, avec le recul, pensez-vous qu'en changeant quelque chose ou plusieurs choses, voir des façon de faire, vous seriez arrivé à la rentabilité avec votre restaurant ? 300 euros par mois, c'est environ 1200 baths....Ce n'est pas une grosse somme...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 300 euros = 13000 baths !!

      Supprimer
    2. F'ectivement, ce fût une faute d'erreur, avec mes excuses..

      Autrement dit, c'est un gros salaire... (là, je prends moins de risque)

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...